La petite amie de Minami, une oeuvre douce qui cache une chronique des rapports hommes femmes.

La petite amie de Minami est une lecture déroutante.. D’un côté beaucoup d’aspects de ce manga sont mignons et touchants quand émergent parfois des fulgurances qui questionnent ou surprennent.

La petite amie de Minami s’appelle Chiyomi, les deux jeunes gens sont lycéens et vivent une vie plutôt tranquille jusqu’au jour où Chiyomi rapetisse sans raison. Elle est devenue minuscule et ne veux pas que sa famille la voie comme ça. Elle s’abrite donc chez Minami et disparait aux yeux de la société.

L’autrice Shungiku Uchida a publié cette oeuvre au début de sa carrière dans la fameuse revue Garo (en 1986-1987).

Autant le dire tout de suite, j’ai adoré ce manga assez unique de par son regard et son propos. L’oeuvre est tout d’abord très mignonne. On y vois le quotidien de Minami et Chiyomi et la manière dont ils se sont adaptés à la taille d la jeune fille. Elle l’accompagne au lycée dans la poche de sa chemise et vie avec lui dans une maison de poupée installé dans la chambre du garçon. Ils sont plein d’attentions l’un l’autre et cette complicité donne vie à de très jolies scènes.

J’ai beaucoup aimé cet aspect de la lecture de ce manga mais l’oeuvre propose d’autres niveau de lecture. Quel est réellement leur relation actuelle? Chiyomi dépends totalement de Minami dans son quotidien, un père et son bébé? Minami ne peut s’empécher de continuer à voir sa petite amie comme un objet de désir, est-ce un jouet sexuel? Est t’elle vraiment une adulte?

La situation les force à vivre pleinement les petits problèmes du quotidien non comme des lycéens mais comme un couple qui vit ensemble sur le long terme. Les deux jeunes gens aspirent à une vie plus normale, la situation leur pèse quand dans le même temps ils sont plus complices et intimes que jamais. Chiyomi souffre de sa dépendance vis à vis de Minami quand ce dernier est parfois tenté d’aller voir ailleurs.

En somme, nous avons là toute un arc en ciel de point de vue sur les rapports hommes/femmes. Le tout est assez subtil et donne l’occasion aux lecteur(ice)s de ce questionner à plusieurs reprises.

Dérangeante, poétique, inspirante.. Cette lecture en apparence d’une grande simplicité montre rapidement au fil des pages une profondeur insoupsonée pour se cloturer dans un final aussi terrible que beau.

J’aime beaucoup le trait de Shungiku Uchida, simple mais très personnel et expressif. Le dessin est d’une grande douceur mais arrive à exprimer avec aisance de multiples émotions et une violence glauque qui surgie de certaines pages.

Ainsi, La petite amie de Minami est selon moi une lecture qu’il serait fort dommage de manquer tant elle propose une expérience de lecture forte tout en restant douce. Le manga n’est pas passé inaperçu au Japon avec plusieurs éditions et adaptations TV.

Encore une excellente trouvaille de la part des éditions Imho.

La petite amie de Minami est disponible en 1 volume aux éditions Imho (réédité en 2022)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s