La vie d’une librairie, racontée avec spontanéité et humour par une libraire.

Libraire jusqu’à l’os est une autobiographie dans laquelle l’autrice (Honda) raconte son quotidien en tant que libraire. Honda est passionnée mais se retrouve quotidiennement confrontée à des difficultés inhérentes à son métier.

En 3 tomes (+1 on va dire bonus), nous allons donc découvrir la face cachée d’une librairie BD.

Je me doute bien que cette réalitée change en fonction des pays, de la situations géographiques et économiques du magasin mais avoir un portrait de libraire raconté comme ça de l’intérieur, j’ai trouvé ça tout à fait passionnant.

Au premier coup d’œil, quand le manga est sorti en France, du fait du dessin un peu cracra (il est cool hein!), des masques et de l’éditeur (soleil), j’ai immédiatement pensé à Dorohedoro. Quand une œuvre nous fait penser à une autre œuvre qu’on adore, cela attise immédiatement la curiosité mais augmente également le risque que l’on soit déçu. Fort heureusement les 2 mangas sont très différents ce qui permet d’oublier toutes les qualités de Dorohedoro pour pleinement profiter de la lecture. Cette petite anecdote montre que l’on s’intéresse parfois à des œuvres pour de mauvaises raisons mais qu’il en ressort parfois quelque chose de positif puisque j’ai pu ainsi découvrir Libraire jusqu’à l’os.

Au fil des chapitres, l’autrice va aborder toute une panoplie de sujet lié à son métier. Le ton, dans l’autodérision porte un regard à la fois précis et drôle sur le métier.

Les anecdotes sont aussi nombreuses que savoureuses  : marketing de la librairie, différence de gestion entre les rayons étrangers, éditions limités réimpression, gestion des stocks (rupture, catalogue de fonds, réédition) clientèle, report, mise en rayon etc… Le spectre est large et très instructif.

Les anecdotes et réactions par rapport aux différents acheteurs sont souvent très drôles. Entre les acheteurs insupportables et prompt à répondre à l’expression « le client est roi », les enfants aux yeux pleins de rêves, les touristes qui n’en reviennent pas de se retrouver dans une librairie japonaise. On nous présente tout une faune, très diverses qui est décrite avec humour et humanité par l’autrice.

On nous présente également tout une galerie de personnages, les collègues libraires de l’autrice ou bien des représentant d’éditeurs ou de diffuseurs. Comme tout dans ce manga, ces portraits sont à la fois drôle et terriblement humain.

L’autrice, Honda, a trouvé un ton et un rythme qui permet de présenter le monde des librairies avec un mélange de sérieux et d’humour qui fonctionne à merveille. La présence des masques pour les personnages réels permet de garder un anonyma tout en instaurant une touche visuelle originale.

Je trouve ça très sympa de lire une histoire où l’on voit la face cachée d’un monde que l’on côtoie très souvent. Personnellement, aller en librairie est un précieux plaisir depuis bien des années. Et même si j’ai côtoyé des libraires et que je me suis renseigné sur le sujet, j’ai bien apprécié découvrir l’envers du décor. Il est amusant de voir que la situation est inversée par rapport à notre quotidien de lecteur. Ici, le libraire est à la première personne et les acheteurs passionnés (et parfois fatiguant) font partie des interlocuteurs.

L’autrice avait prévu de finir son manga en 3 tomes, pensant être arrivée au bout de ce qu’elle avait à raconter. Sauf qu’avec le début de la diffusion de l’animé adapté de son manga, son éditeur l’a poussé à continuer de dessiner Libraire jusqu’à l’os. Il en résulte un tome 4 un peu vide mais qui propose une expérience de lecture assez unique. En effet on assiste au combat d’une autrice qui éprouve des difficultés pour trouver quoi raconter dans son manga. On se retrouve à lire des chapitres vide de sens illustrés par des dessins qui se résument au strict minimum. Je trouve le concept assez dingue et l’expérience de lecture est unique. C’est assez drôle mais aussi triste car on voit bien que l’autrice elle-même se rend compte du résultat et est assez gênée.

Au final, il est intéressant de la voir essayer de promouvoir son œuvre, de croiser des libraires et ainsi de suite mais on voit bien que dans le propos comme dans l’humour, l’autrice galère à trouver quelque chose à dire. La lecture donne la drôle impression d’assister à une noyade ou d’un côté l’autrice se bat contre le courant pour dessiner des chapitres et de l’autre l’éditeur l’exhorte à continuer en lui proposant des sujets un peu vaseux.

Alors étrangement, même si la lecture du tome 4 n’a aucun intérêt, il en résulte une expérience de lecture assez unique qui a bien fonctionné sur moi.

Comme je l’ai déjà dit, j’aime bien l’aspect visuel du titre. Le dessin n’est pas forcément beau en soi mais l’autrice a une patte intéressante. Le rendu d’ensemble se veut assez simple pour soutenir sans occulter le débit d’infos et l’humour. Le trait est parfois épais, un peu crade et s’allie parfaitement avec le ton humoristique de l’ensemble. Bien sûr, on ne s’attarde pas sur les pages pour leur attrait visuel mais le dessin soutient parfaitement l’histoire et c’est le plus important.

En somme, Libraire jusqu’à l’os c’est drôle, vif, frais et montre le métier de libraire d’une manière peu commune.

Je ne sais pas si je vais relire ce manga mais je le conseille pour son côté instructif et pour son humour. Certainement pas un indispensable mais une lecture très sympathique.

Libraire jusqu’à l’os est disponible en 4 volumes aux éditions Soleil Manga.

4 commentaires

    1. En soi, chacun des 3 premiers tomes se suffisent à eux même. Je ne pense pas que leur lecture soit indispensables mais j’ai trouvé le tome 3 vraiment intéressant car la seconde partie du tome parlait d’éléments que je ne connaissait pas du tout et cela m’a beaucoup intéressé.
      J’ai du mal à te répondre clairement, t’as question est très pertinente mais je ne suis pas sur de la réponse, ça dépends beaucoup du plaisir que tu as trouvé à lire le tome 1^^

      Aimé par 1 personne

      1. J’avoue n’en avoir gardé qu’un vague souvenir alors je ne suis pas sûre d’y replonger à moins de tomber sur une bonne occasion, même si ce que tu dis du tome 3 m’intrigue forcément ^^
        Merci en tout cas 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Après les tomes 2 et 3 restent dans la continuité du premier tome donc s’il ne t’as pas marqué, il vaux mieux attendre une bonne occas’ sinon tu risque d’être déçue^^
        Mais de rien 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s